Cliquez ici si cette newsletter ne s'affiche pas correctement

Cliquez ici si vous avez quitté le mouvement et ne souhaitez pas recevoir nos messages

N°434 – jv-fev-mars 2017
MCC

Citoyens, en vue du bien commun

EDITORIAL

Déjeuner avec mon fils Matthieu, 20 ans, élève ingénieur a priori dépolitisé. La conversation vient sur les élections. Je découvre qu’il suit de près tous les débats. Il me demande : « Connais-tu Fiscal Kombat ? ». C’est un jeu vidéo, plutôt bien fait, où Jean-Luc (M) affronte Christine (L), Jérôme (C) et Nicolas (S), qu’il secoue abondamment pour faire tomber les pièces qui financeront son programme. Le lendemain, mon neveu Oscar, apprenti pâtissier, supposément dépolitisé lui aussi, déclare sur Facebook son intérêt pour le héros du jeu. En 48 heures, mes préjugés s’effondrent. Qui a dit que les jeunes se détournaient du débat électoral ? Tout ceci fait écho en moi à la question posée par le pape François aux jeunes réunis à Varsovie : « Voulez-vous changer le monde ? »

Et nous, au MCC, que disons-nous aux jeunes qui veulent changer le monde ?

À sa façon, le MCC répond à l’appel des évêques à participer au débat public à l’occasion des élections :
—  Des réunions publiques sont organisées en région avec d’autres mouvements ;
—  Lors d’une rencontre des mouvements du CCFD, le MCC a proposé la rédaction d’une déclaration commune, à publier avant le premier tour : cliquer ici pour lire le communiqué publié sur le site de La Croix
—  Enfin, ce numéro de Responsables, consacré au bien commun, vous est adressé dans un nouveau format numérique qui en facilite la diffusion hors du Mouvement.

Pour préparer ce numéro, nous nous sommes appuyés sur l’appel des évêques aux « habitants de notre pays » : Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique. Nous avons choisi d’en approfondir certains aspects : la solidarité internationale, l’Europe, les initiatives en faveur du renouveau démocratique, le travail en lien avec l’écologie, l’avenir de la jeunesse, la cohésion en entreprise ou dans la cité, la notion de bien commun. Vous y trouverez aussi une vie d’équipe ainsi qu’une prière spécialement écrite pour notre revue.

Bonne lecture citoyenne !

Tristan Lormeau, responsable national

Télécharger la version intégrale de ce numéro

Tous, responsables de la « maison commune »
Alors que notre pays est en période électorale et que nous avons des choix importants à poser, la (...)

Vouloir l’Europe, un choix citoyen
Presque totalement absente des débats des Primaires, l’Europe reste au second plan de la campagne (...)

La démocratie locale, lieu de citoyenneté active
Enraciné dans une tradition familiale démocrate chrétienne, Michel Canévet, maire de (...)

Numériques et civiques !
Non les hommes et femmes politiques ne détiennent pas seuls le pouvoir et la capacité de (...)

L’avenir des jeunes en difficulté, défi d’utilité publique !
En décembre dernier, la fondation Apprentis d’Auteuil a publié un livre blanc intitulé « Prendre (...)

Une encyclique du plein emploi ?
À l’heure où la fonction et le sens du travail reviennent au cœur du débat politique, la lecture de (...)

Un outil pour construire la cohésion en entreprise ou dans la cité
Gilles Le Cardinal a mis au point, avec son équipe de recherche, des méthodes efficientes (...)

« Bien commun et bien personnel, c’est tout un ! »
Que signifie la notion de bien commun ? Qu’est-ce qu’il est ? Qu’est-ce qu’il n’est pas ? Est-il la (...)

Publications récentes de la Conférence des évêques de France sur la politique

Prière
Seigneur nous te rendons grâce pour la parole reçue de nos évêques sur le souci du politique, en (...)

VIE D'EQUIPE

Mon équipe sait-elle accueillir ?

Les catholiques ont été invités par les évêques à prendre leur part dans les élections présidentielles et législatives à venir pour le bien commun, « pour construire une société plus juste et plus respectueuse de chacun ». Il est en effet de notre responsabilité de participer activement à la vie démocratique du pays, suivant nos sensibilités politiques, en cohérence avec notre pratique et notre enracinement dans la foi en Jésus.

- 1ère étape : Mon vote, signe de ma responsabilité de citoyen
« Chacun, à son niveau, est responsable de la vie et de l’avenir de notre société ». Les évêques nous invitent à une réflexion fondamentale sur le politique à partir d’un regard lucide sur la situation actuelle du pays. Que retenir de ce texte au-delà du constat ?
Comment vais-je voter ? Comme d’habitude, selon mes préoccupations personnelles, selon mes impressions sur les candidats, selon l’avis de mon entourage ? Vais-je m’abstenir car hommes et partis politiques me déçoivent, voter blanc ?

- 2ème étape : Je me questionne sur ma façon de m’informer
« C’est à un changement d’attitudes et de mode de pensée qu’il faut nous rendre disponibles ». Est-ce que j’accepte de m’informer différemment ? En allant à la source sur les sites des candidats, en lisant un ouvrage d’un candidat qui ne m’attire pas, en les écoutant débattre mais aussi en lisant des articles d’experts ? Suis-je prêt à me laisser « bouger » dans mes habitudes ? La situation actuelle de délitement politique m’invite-t-elle à des déplacements ?
Sortir de l’entre soi, notamment sur les réseaux sociaux, n’est pas chose habituelle. Me suis-je permis d’échanger avec une connaissance et de l’écouter sans à priori partisan sur ces opinions ? Les évêques nous invitent « à prendre la parole, à échanger avec d’autres, y compris non-chrétiens, sur les enjeux de notre vie en société ».

- 3ème étape : Décrypter les programmes
Je recherche et hiérarchise les questions qui me préoccupent ou m’attirent quant à l’évolution de mon pays et du monde. Quelles thématiques vont peser dans mon choix ? Je décrypte les projets de société des candidats au regard des principes de la doctrine sociale de l’Église. Suis-je attentif à leur vision en matière de dignité de la personne humaine (contrat social), de respect des biens de la terre destinés à tous (principe du bien commun, écologie), de subsidiarité (organisation de la société, participation), de solidarité (place des plus faibles, des pauvres) ?

Alain Brunelle