MOUVEMENT CHRÉTIEN DES CADRES ET DIRIGEANTS

Accueil > > LA Newsletter > 74 janvier 2018 > Nos pratiques s’ubérisent : partageons nos points d’attention

Nos pratiques s’ubérisent : partageons nos points d’attention

« L’ubérisation » est née de la généralisation de l’internet mobile, des smartphones et de la géolocalisation. Pratique, elle s’est imposée dans nos vies (trajets, loisirs, achats, impôts). Ce nouveau mode économique bouleverse, parfois violemment, professions et activités. Voici une proposition pour réfléchir en équipe, côté privé, côté professionnel, anticiper l’avenir et prendre nos responsabilités.

- De quoi parle-t-on ?
Il s’agit d’une mutation profonde de notre société, où révolution numérique, révolution de la consommation et des modes de travail se rejoignent.
2 vidéos pour aller plus loin : Digitalisation, algorithmes, robotisation, Homo Numericus, Opportunité du siècle. Pour synthétiser, une image.
Que signifie « ubériser » pour moi ? Quel usage en fais-je ? Qu’est-ce que cela change dans ma vie ?

- Avantages et limites ?
L’ubérisation entraîne une individualisation de l’activité et la pluriactivité. Elle permet revenus supplémentaires, souplesse, acquisition de nouvelles compétences, diversification de l’activité habituelle… Mais elle rend plus précaires les revenus des prestataires, complique l’accès aux prêts et au logement, efface la limite entre vie professionnelle et personnelle, nécessite de réinventer d’autres formes de protection sociale… Elle fragilise certains secteurs de l’économie traditionnelle.
Qu’est-ce que je pense de ce phénomène ? Plus de richesse ou de précarité ? Plus d’égalité ou de discrimination ? Plus de bonheur ou nouvel esclavage ?

- À quoi suis-je appelé dans ces évolutions en tant que chrétien ?
Dieu s’intéresse-t-il à l’ubérisation ? « Si Dieu est activement présent à nos vies dans les situations que nous vivons personnellement et collectivement, c’est là, et là uniquement, que nous pouvons, que nous avons à le rejoindre, pour vivre notre vie avec lui telle qu’elle est » écrivait Michel Danchin dans le livre Dieu s’intéresse-t-il à notre travail ? (p 55). Plus loin, Olivier de Fontmagne complète, parlant de nos responsabilités de cadres et de chrétiens, pointant « l’attention aux fragiles et aux pauvres comme critère d’authenticité de nos propos et de nos vies. »
Comment traduire dans nos entreprises une attention à la place grandissante des nouvelles technologies et des changements induits, pas seulement pour nous mais pour ceux avec qui nous travaillons ? Simplement partageons quels peuvent être nos points d’attention.

Prière suggérée : Livre de la Sagesse 6, 12-16

Avec l’équipe « Gargouilles storming » (Paris)

Tout voir

Régions

  • FIL D'ACTUALITÉ