Albert Guihard : en retraite, mais pas en retrait du monde

////Albert Guihard : en retraite, mais pas en retrait du monde

Libéré depuis deux ans de ses engagements professionnels, Albert Guihard, la soixantaine épanouie, pourrait goûter une retraite paisible. Mais cet ancien cadre de la fonction publique territoriale, marié, père de 3 enfants et depuis peu grand-père d’une petite-fille, a choisi de s’engager dans la vie de secteur d’Ille-et-Vilaine, avec un ancrage dans le Pays de Redon.


Un engagement qui revêtait un caractère d’urgence pour cet homme ayant principalement œuvré dans le secteur culturel : « Si nous n’investissions pas, notre équipe locale MCC allait mourir ». De ces échanges salutaires entre équipe locale et secteur, une dynamique est née, débouchant sur l’organisation de conférences à Redon et Rennes dans le cadre des Journées nationales 2014. L’initiative a porté du fruit, permettant même de doubler les effectifs de l’équipe de Redon.
Stimulé par ce renouveau, Albert Guihard accepte alors, en binôme, de prendre la responsabilité du secteur Ille-et-Vilaine. À la condition de passer les rênes au niveau local : « Je ne souhaite pas tomber dans une forme d’activisme, et le MCC, qui se veut au service des cadres, n’a besoin ni de héros ni de martyr », se plaît-il à souligner.

Marqué par la JAC (Jeunesse agricole chrétienne) de ses parents, puis par la JIC (Jeunesse indépendante chrétienne) pendant ses premières années de travail, Albert Guihard a découvert le MCC en 1992, au mitan de sa vie professionnelle. D’emblée, il y apprécie « les échanges concrets, simples et qui laissent une large place aux actions dans lesquelles chacun est impliqué prioritairement dans son travail, mais avec la recherche d’une cohérence de toute la vie et d’une spiritualité incarnée. »

Assurant également, depuis quelques mois, les fonctions d’adjoint à l’urbanisme/environnement dans sa commune, Albert Guihard évoque encore les enjeux « déterminants » du MCC en Ille-et-Vilaine : « constituer une nouvelle équipe de secteur qui assure un passage de relais et de génération, et qui soit à même d’inviter les personnes – en équipe ou non – à s’inscrire dans la dynamique du mouvement. ». Ses yeux sont déjà tournés vers demain, avec la préparation d’une rencontre régionale, en novembre prochain, sur le thème « Le modèle agroalimentaire breton : quel avenir ? ». Puis ce sera le moment d’envisager la participation au Congrès national, fin 2016, à Paris. On l’a compris, l’heure de la retraite n’a pas encore sonné pour Albert Guihard…

Pierre-Olivier Boiton

2015-06-02T12:52:48+00:00