Poursuivre l’élan de Diaconia 2013 un an après le rassemblement de Lourdes

////Poursuivre l’élan de Diaconia 2013 un an après le rassemblement de Lourdes

Vivre en fraternité, ça change tout… La charité n’est pas l’affaire des spécialistes car « Personne n’est trop pauvre ou fragile pour n’avoir rien à dire » ont affirmé les témoins de Diaconia. Ils ont aussi largement démontré que le service du frère est une source spirituelle qui soutient les acteurs de la diaconie centrée sur les plus pauvres.


C’est un appel pour les membres du MCC à suivre l’exemple du Christ, entre autres dans le monde professionnel, où ils vivent et travaillent. « Moi je suis au milieu de vous comme celui qui sert ». L’apôtre Pierre met au cœur de l’Église la notion de service qui prend tout son sens dans cette interrogation : qu’as-tu fait de ton frère ? Le service est l’attitude noble de celui qui assume sa dignité et honore la dignité de l’autre. Tout son sens est d’être créateur de lien social.

Une telle démarche peut se faire à plusieurs niveaux :

—  À titre individuel dans les relations interpersonnelles avec les collègues, les clients ou les fournisseurs et aussi en équipe. Nous sommes sensibilisés aux problèmes du chômage, est-ce une préoccupation de nos équipes, dans nos partages, quand cela se présente ? L’accueil d’un membre en recherche d’emploi nécessite de lui donner toute sa place.

—  À titre collectif en militant et s’engageant dans des institutions (syndicats, organismes, monde de l’économie sociale et solidaire) et en ayant une parole à dire. Il est important d’échanger dans des collectifs pour éviter d’être des « techniciens du social » et donner ainsi un sens à nos actes.

Quelques pistes :

—  Oser aller vers les autres en ayant conscience que je ne peux pas rester seul pour agir

—  Quelles solutions je propose devant des situations difficiles au travail ?

—  Suis-je attentif à ceux qui montrent des signes de fragilité ? Comment leur donner la parole et leur permettre d’exprimer leur vécu ?
Pour reprendre l’esprit de l’exhortation du Pape (La joie de l’Évangile), le service du frère consiste moins à « faire pour » qu’à « faire avec », moins à donner qu’à se donner. Au cœur de ce don, la joie de l’Évangile peut transfigurer une action de solidarité en charité pleine et entière.

François-Xavier Becquart, membre du Bureau National

Pour aller plus loin N° spécial des Cahiers de l’Atelier (n° 540 – janvier / mars 2014), Poursuivre l’élan de Diaconia

2014-06-23T12:48:41+00:00