Travailleurs migrants : vive préoccupation des ONG catholiques accréditées à l’OIT

////Travailleurs migrants : vive préoccupation des ONG catholiques accréditées à l’OIT

Le MCC, par son appartenance au SIIAEC, fait partie d’un groupe d’ONG catholiques engagées auprès de l’OIT et accréditées par celle-ci. Ces ONG ont élaboré une déclaration à destination des organisations internationales, pour citer les préoccupations des populations qu’elles côtoient et représentent.


Après l’emploi des jeunes, la deuxième préoccupation soulignée par les ONG est la protection sociale des migrants. D’après l’OIT, 90 % des migrants internationaux aujourd’hui, en grande partie plutôt des jeunes, sont partis principalement pour des raisons économiques, i.e. pour travailler. La plupart de ces migrations sont transfrontalières et intracontinentales. Nos expatriés en missions de longue durée, tout comme nos jeunes en stages Erasmus, en sont déjà des illustrations…

Le travail et les revenus des migrants contribuent énormément au développement positif et au recul de la pauvreté dans les pays où ces migrants travaillent, tout comme dans leurs pays d’origine. Toutefois, trop nombreux sont les migrants qui ne bénéficient pas des mêmes droits et des mêmes responsabilités dans le pays où ils vivent, que tous les autres travailleurs.

Les réunions de nos équipes sur le travail décent depuis le Congrès de Lyon et, maintenant sur le travail informel, illustrent des situations humaines fragiles. Des écarts croissants apparaissent, y compris chez nous, par rapport aux principes et droits fondamentaux du travail ainsi qu’à l’accès à une protection sociale adéquate et juste,

Manquer à ces conditions, revient à saboter le marché du travail, la santé publique, la cohésion sociale et l’ordre public. Comme chrétiens autant que comme citoyens, nos membres se mobilisent contre de tels dégâts. A titre d’exemple, le Mouvement international des étudiants catholiques (MIEC) rattaché à Pax Romana s‘est emparé de la question et a entrepris récemment une recherche sur les jeunes qui migrent pour leurs études et sur les difficultés qu’ils rencontrent quand ils manquent de moyens financiers.

Anne-Béatrice Pernaud,

secrétaire générale du SIIAEC

2018-07-09T11:36:07+00:00