MOUVEMENT CHRÉTIEN DES CADRES ET DIRIGEANTS

Accueil > > LA Newsletter > 30 mai 2013 > Hannah Arendt, le film : l’impératif d’exercer sa conscience

Hannah Arendt, le film : l’impératif d’exercer sa conscience

C’est un flash back sur les trois années de la vie d’Hannah Arendt pendant lesquelles, pour le « New Yorker », elle couvre, à Jérusalem, une partie du procès du criminel nazi Adolf Eichmann. Ses articles écrits entre 1961 et 1963 déclenchent une controverse violente au sein de la communauté juive israélienne et américaine. Face aux attaques, Hannah Arendt défend son point de vue de philosophe.

A l’origine de l’indéfendable gravité de ses actes, elle soutient que ce criminel nazi a tout simplement oublié de penser. Qu’il se l’interdit, explique-t-il même, lors de sa défense. Hannah Arendt argumente qu’à ce titre il est un simple clown. Clown dérisoire parce qu’exécutant les ordres reçus sans exercer sa pensée. L’incarnation parfaite et finalement banale d’une personne qui ne cherche pas à se détacher d’un prêt-à-penser, fut-il totalitaire, fut-il l’expression du mal radical.
Le film de la réalisatrice Margarethe von Trotta montre que penser est un combat, une activité qui peut remplir les jours et les nuits. Envahir toute la vie. Plus les situations sont complexes, plus l’urgence de penser est nécessaire. Elle est même une obligation, si l’on veut rester homme ou femme. Toute l’énergie de Hannah Arendt est concentrée sur cet objectif. C’est la force de son œuvre.
Incarné à l’écran par Barbara Sukowa, le message est d’une actualité formidable : parce que les questions sont complexes, surtout affrontons-les. Donnons-nous les moyens en temps et en implication. Regardons la réalité, osons penser par nous-mêmes !

A-M B

Tout voir

Régions

  • FIL D'ACTUALITÉ