À Besançon, le 14 février : « Comment vivre ensemble dans un monde où tout s’accélère ? »

////À Besançon, le 14 février : « Comment vivre ensemble dans un monde où tout s’accélère ? »

C’est sur ce thème que les membres de Franche-Comté ouest (équipes de Besançon et Dole) ont choisi d’organiser leur conférence le vendredi 14 février dernier. Quatre témoins étaient invités : un cadre bancaire, un chef d’entreprise de charpente, un prêtre et un chef de service pharmacienne. Ils nous ont fait part de leur façon de concilier valeurs chrétiennes et efficacité économique.


Plusieurs constats ont émergé : la pression sur le personnel, le culte de la performance, tout devient urgence, l’obsession de la baisse des coûts, l’individualisme où, dans un monde hostile, chacun « sauve sa peau ». La nécessité de tout écrire afin de se protéger. « Il faut reconnaître qu’on accorde plus de temps aux loisirs. Le travail est donc concentré ». Dans ce monde « rapide », pas facile de garder ses valeurs. L’accélération du temps ne doit pas altérer le vivre ensemble ». Delphine Ravily, cadre pharmacienne en clinique, regrette que les rires et les pauses spontanées se raréfient depuis quelques années. Pourtant, la convivialité reste indispensable pour humaniser l’entreprise.

Le numérique créé une aliénation technologique, les mails remplacent les contacts directs qui étaient des occasions de rencontres. La fréquentation en agence a chuté de 40 % déplore Gérard Marion, cadre dans une banque. Jean Cachot, ancien aumônier de prison, nous dévoile l’univers carcéral : pour un pas de travers, on paye avec du temps. Il faut attendre : le jugement, l’avocat, le parloir, les lettres, les visites, la sortie… On est réduit à ce qu’on a fait ; pourtant, la marginalisation ne contribue pas à la paix sociale. L’allongement des peines coupe les liens et diminue les chances de réinsertion.

Ce sombre tableau pourrait nous pousser à la morosité… Pourtant, un sentiment d’espérance se dégage parfois. Laurent Thierry, dirigeant, présente une alternative à l’économie actuelle : l’économie de communion. Elle repose sur 5 piliers : le respect du fournisseur, du client, du salarié, de l‘État, et le partage. « Je donne la même prime à chacun quelque soit sa responsabilité car tous sont enfants de Dieu.» Pour lui, ce management, issu du mouvement des Focolari, est positif : lorsque les employés réalisent qu’ils ont la même chose, la jalousie disparaît.

La conférence s’est clôturée avec l’idée, finalement, que l’homme peut corriger les dérives d’un système et imaginer des alternatives.

Nicolas R.
JNBesancon2.jpg

2014-05-23T15:22:58+00:00