Birmanie, emploi des jeunes, protection sociale : des décisions importantes à la 101e session de la CIT

////Birmanie, emploi des jeunes, protection sociale : des décisions importantes à la 101e session de la CIT

Pierre Martinot-Lagarde, conseiller spécial du directeur du Bureau international du Travail (BIT) sur les questions socio-religieuses, nous offre un condensé de la 101è session de la Conférence internationale du Travail (CIT) du BIT. Cette institution, aux travaux de laquelle des membres du MCC, via le SIIAEC et Pax Romana, contribuent régulièrement, promeut la dignité de l’homme au travail (cf. LI n° 142-février 2012)


A la veille de la visite de Aung San Suu Kyi, la CIT a levé les restrictions sur la pleine participation de la Birmanie aux activités de l’OIT. Depuis 1999, le pays ne pouvait plus bénéficier de l’appui de la coopération technique de l’Organisation, ni participer à ses réunions et commissions. Ces décisions avaient été prises à la suite d’une mission d’enquête qui avait constaté l’importance du travail forcé dans le pays. Le gouvernement birman et l’OIT se sont mis d’accord sur une stratégie pour éliminer celui-ci à l’horizon 2015. Dans son discours devant l’assemblée, l’opposante et nouvelle députée, Aung San Suu Kyi, a délimité la voie étroite sur laquelle son pays est engagé : aide, investissement, renforcement de la démocratie sont plus que nécessaires. « C’est moins l’absence de travail que l’absence d’espoir qui menace notre avenir », a-t-elle conclu.

Durant la même session, la CIT a mis l’accent sur l’emploi des jeunes et sur la protection sociale.

La crise de l’emploi des jeunes invite à l’action. Les politiques doivent mettre l’accent sur l’employabilité, à travers l’éducation et la formation continue, sur la transition de l’école au travail, les politiques du marché du travail pour l’emploi des jeunes, sur l’entreprenariat et l’auto-emploi, tout en garantissant aux jeunes les droits fondamentaux au travail.

La CIT a adopté une recommandation pour étendre à tous l’accès à la protection sociale. Les pays membres sont invités à établir des socles de protection sociale, comme partie intégrante de leur plan de développement social, économique et environnemental. Cette avancée déterminante avait fait auparavant l’objet d’une recommandation au G20 de Cannes.

Pierre Martinot-Lagarde s.j., conseiller spécial du directeur du Bureau international du Travail (BIT) sur les questions socio-religieuses

Pour en savoir plus :

— La jeunesse espagnole face à la crise de l’emploi

— Le “jésuite du BIT”, Ceras, 2008

— Les newsletters de la CIT

2018-08-28T09:11:55+00:00