« Face aux fléaux qui la minent, la société malgache attend beaucoup des mouvements comme le MCCP »

////« Face aux fléaux qui la minent, la société malgache attend beaucoup des mouvements comme le MCCP »

Quelques 80 participants se sont réunis fin août à la ville du grand port, Toamasina. Ils ont constaté que certaines valeurs du peuple malgache se délitaient : la famille, le fihavanana (c’est-à-dire le lien social découlant de l’esprit d’unité)… De fait, la richesse est accumulée entre les mains d’une minorité et la majorité du peuple vit dans une pauvreté profonde.


Aujourd’hui, l’adage cher aux Malgaches « Aleo very tsikalakalam-bola toy izay very tsikalakalam-pihavanana », qui signifie « Mieux vaut perdre les soutiens financiers que les soutiens de parenté et/ou d’amitiés », se vérifie de moins en moins… À Toamasina, on a ainsi pensé que l’arrivée de la grande société d’exploitation minière Ambatovy diminuerait les fléaux du chômage et de l’insécurité, mais il n’en est rien, elle les a intensifiés…

Face à ce terrible constat, l’Église et la nation attendent beaucoup des mouvements comme le MCCP : pour apporter une espérance et scruter les signes du temps. La vérité ne plaît toutefois pas à tout le monde et cela a un prix, à l’image de Jean le Baptiste (que l’Église célébrait le jour de l’ouverture du Congrès) comme l’a rappelé l’archevêque de Toamasina, Mgr Désiré Tsarahazana, dans son homélie.

Les interventions et échanges ont fait prendre conscience aux participants que si notre contribution peut apparaître comme une goutte dans l’océan, il ne faut pas, pour autant, tomber dans le piège de l’excès de diagnostic mais commencer à agir. Pour restaurer ces valeurs, les congressistes ont décidé de lancer deux chantiers prioritaires que chaque équipe entreprendra dans les trois ans à venir~: l’éducation et la lutte contre l’insécurité sous toutes ses formes. Puissent les citoyens malgaches et les chrétiens dire avec le Pape François: « Non à l’argent qui gouverne au lieu de servir » (Evangelii gaudium 57-58). Une évaluation sera faite à l’issue de ces trois ans au prochain Congrès, qui se tiendra à Maroantsetra en 2017.

En toile de fond de l’événement, le MCCP a soufflé ses 25 bougies. Une occasion pour féliciter et prier spécialement pour les fondateurs et les membres pionniers. Dans la foulée, le Bureau national a été renouvelé. La composition est désormais la suivante :

— Aumônier: P. Norbert Fridole Ravahatra sj

— Présidente: Mme Hery Rakotomanga

— Vice-président: M. Nirina Donné Dokolahy

— Secrétaire: M. Olivier Ravahiny,

— Trésorière: Mme Gilberthine Rasoafaramalala

Joseph Rahasa, ancien président national du MCCP

2014-09-24T16:26:11+00:00