Femmes et travail

Évolution du rôle des femmes, un déplacement fantastique ! – page 126

Cet article reprend partiellement la conférence donnée par Monique Hébrard au Centre Varenne en décembre 1986.

Pour restituer les choses il faut remonter très loin, aux origines de l’humanité.

Pendant des millénaires, l’humanité a vécu sur une très forte différenciation entre les hommes et les femmes. Différenciation enracinée dans un vécu primordial mythique et psychanalytique, et qui était traduite par des statuts et des lois bien étatiques.

Or, en un siècle, le statut et le rôle de la femme ont subi un déplacement fantastique. Du coup, la symbolique homme/femme qui présidait au fonctionnement de l’humanité a été profondément ébranlée.

Nous nous trouvons aujourd’hui devant des enjeux non seulement sociétaires mais anthropologiques dont l’évolution des femmes n’est pas la seule origine, mais constitue une facette importante.

Vécu primordial par rapport à la femme et réaction du masculin

A l’origine, la femme est source et gardienne de la vie. Elle assure ce rôle symbolique de gardienne des valeurs humaines parce qu’elle est la Mère.

Dans l’expérience individuelle déjà, tout être humain, homme ou femme, a une femme, sa mère, à son origine. Mère dont il a été brutalement séparé et dont il a cherché à retrouver là chaleur et l’odeur par le sein ou le contact ; mère devenue ainsi la source de ses premiers plaisirs et de ses premières frustrations. Les psychanalystes ont développé ce thème à l’envi.

Dans l’expérience collective primordiale, la mère est aussi omniprésente. Dans les sociétés primitives, les femmes non seulement donnent la vie mais elles la protègent, que ce soit celle des plantes ou celle des enfants. Quand elles font œuvre de vie (accouchement, allaitement), les femmes primitives sont « tabou » ce qui ne veut pas dire interdit pour cause d’impureté, mais interdit pour les protéger dans leur œuvre de vie. Il convient de les protéger de la brutalité de la société masculine qui pratique la guerre et la chasse.

II n’y a donc rien d’étonnant à ce que les premières divinités de l’humanité aient été des déesses. Alors, sur cette donnée de base, il y a une réaction qui est de se protéger de la mère, de cette mère biologique qui est en connivence avec la vie, qui a une toute puissance naturelle effrayante.

L’être humain va devoir se libérer pour pouvoir vivre. Pour cela, sur le plan individuel comme sur le plan collectif, il a besoin du père symbolique. Sur le plan collectif il faut couper le cordon avec la Mère Nature, renoncer aux liens fusionnels avec elle, et la désacraliser pour oser la travailler et la dominer.

Au niveau des mythes il se passe la même chose et l’on voit en Grèce les dieux détrôner les déesses.

En ce qui concerne la Bible, elle se situe dans ce moment de l’histoire de l’humanité où le pouvoir social des pères est en train de maîtriser la puissance naturelle des mères. Une lecture possible de la Bible est d’y voir le théâtre de cette substitution du père à la mère.

Quant à notre patrimoine culturel, tant judéo-chrétien que gréco-latin, on y voit également l’ambivalence de la femme associée à la nature, bénéfique et maléfique à la fois. Participant de l’animalité, il est nécessaire qu’elle soit tenue en laisse, maîtrisée par l’homme qui, lui, représente la loi et la raison. Pour Pythagore, « il y a un principe bon qui crée l’ordre, la lumière et l’homme, et un principe mauvais qui a créé le chaos, les ténèbres et la femme ».

Augustin s’inspirera de Platon pour qui l’homme est animus, c’est-à-dire rationnel, chaud et du côté du soleil, tandis que la femme est anima, c’est-à-dire animalité, froide, visqueuse et du côté de la lune.

Thomas d’Aquin s’inspirera d’Hippocrate et des médecins grecs pour affirmer que la femme est un humain raté puisqu’elle est le produit d’un sperme défectueux.

Bref, pour la philosophie grecque, la femme est un animal qui tire l’homme vers le bas. Chez les Romains, ce n’est guère mieux : Cela se situe sur de registre juridique: la femme est mineure et elle passe de la coupe du père à celle du mari ou à celle d’un tuteur si après 25 ans elle n’est pas mariée.

Les Pères de l’Église aussi abondent en citations extraordinaires sur la « femme, porte du Diable ». Et cela dure très longtemps, jusqu’au XVII siècle. Au XIXe siècle encore, société et Eglise se donnent la main pour maintenir la femme dans un statut de mineure, lui laissant pour seul domaine la famille et les œuvres de charité.

Ceci dit, pour être juste, il y a une autre trajectoire du christianisme qui favorise la promotion de la femme, notamment de la femme célibataire dans la vie religieuse. La vie religieuse est un lieu où, tout au long des siècles et sous diverses formes, la femme célibataire peut vraiment accomplir son destin individuel, beaucoup plus que dans la société.

Un siècle pour conquérir un statut adulte

Au XIXe siècle, malgré des exceptions, la femme est maintenue à l’écart de la vie sociale, culturelle et politique, avec un statut de mineure. Le réveil féministe et la lente conquête des droits et de l’égalité prendront un siècle.

En 1848, paraît le premier quotidien féministe qui demande le droit de vote. Peu à peu, la femme va se dégager de la coupe masculine sur plusieurs plans. Sur le plan de la culture, en 1882, c’est l’ouverture des premiers lycées de jeunes filles, en 1924, le décret d’équivalence des bacs garçons et filles. Sur le plan juridique, la femme mariée doit attendre 1881 pour ouvrir un livret de Caisse d’Épargne sans l’autorisation de son mari, 1938 pour ouvrir un compte en banque, se faire faire un passeport et même se faire soigner en sanatorium sans autorisation de son mari. Sur plan de la sexualité, citons quelques lois : 1967, loi Neuwirth, 1975, loi sur l’interruption volontaire de grossesse, 1970, l’autorité parentale peut être exercée par la femme. Plusieurs lois également entre 1972 et 1984 règlent le rôle et la place dans la société, loi sur l’égalité des salaires, l’égalité d’accès à l’emploi, la formation et la promotion professionnelle. Peu à peu tous les bastions masculins tombent.

Autre caractéristique de cette époque, la prise de conscience des femmes.

La révolte féministe des années 70-75 rejette l’idée de « nature ». Puisque la «nature féminine» appelle tant de consonances négatives, les femmes proclament à la suite de Simone de Beauvoir qu’il n’y a pas de «nature féminine», que c’est la culture patriarcale qui a conditionné la femme. Le modernisme et la culture la «déconditionnent». Cette révolte revêt d’ailleurs un aspect lutte des classes issu d’un contexte d’analyse marxiste. La femme appartient à la classe exploitée, au lit, au foyer, dans la société. Mai 68, avec son rejet des tabous et des lois, est ressenti très fortement par les femmes. Elles rejettent l’autorité sociale et religieuse qui pèse notamment sur leur vie affective et sexuelle. C’est le slogan, «Mon corps m’appartient». Mais le féminisme des années 70 est complexe. Il comportera aussi une revendication de « féminitude ». Les femmes sentent qu’il est dangereux de perdre quelque chose de la féminité. Ce mot ayant été forgé par les hommes elles forment le mot « féminitude ».

Aujourd’hui, les rôles ébranlés

Cette prise de conscience des femmes et leur accès massif au savoir et à l’égalité juridique ont, bien sûr, fait bouger les rôles traditionnels ; du moins le discours que l’on tient au sujet de ces rôles, car la tradition du changement est plus longue.
Les rôles sont ébranlés dans le travail, encore que, lorsqu’on parle de l’accession de la femme au travail il faille relativiser : la proportion des femmes qui travaillent n’a pas foncièrement changé ; en 1901 elles étaient 7 millions de femmes au travail pour une population active de 19,6 millions.

En 1985, elles sont 9,5 millions pour une population active de 23,7 millions. Ce qui a évolué, c’est leur accession à des tâches jusque-là réservées aux hommes.

Il faut souligner aussi qu’une majorité des femmes travaillent non pas parce qu’elles le souhaitent mais parce qu’elles y sont obligées. Soit parce qu’elles sont seules, soit parce que le salaire unique n’est pas suffisant. Aux USA, 65% des femmes qui travaillent le font par nécessité.

Les rôles sont ébranlés en politique : là aussi on voit les femmes arriver, mais relativisons là encore, car elles sont fort peu nombreuses. De même, en ce qui concerne les rôles au foyer, le discours est toujours très fort, mais la réalité suit plus lentement.

D’une façon générale, s’il est vrai de dire que le statut de la femme évolue, l’ébranlement culturel dans lequel nous vivons, avec notamment l’ébranlement de la famille, n’est pas toujours en faveur des femmes : les femmes vivent de plus en plus seules, les femmes « parent-célibataire » ont augmenté de 51 % entre 1975 et 1982. Dans l’Église aussi, les rôles ont changé : déjà dans des mouvements comme l’ACGF les femmes avaient fait des promotions fantastiques. Mais dans les années 70 c’est une révolution inouïe qui s’opère à l’intérieur de l’institution. Les femmes ont accès au savoir théologique, et, sinon au pouvoir qui, canoniquement, est réservé aux ministres ordonnés, du moins à des responsabilités.

La symbolique ébranlée

Les rôles qui bougent ébranlent la symbolique dont on parlait au début. Ce qui est surtout ébranlé c’est la symbolique de la femme mère, gardienne des valeurs du foyer. Qu’une femme qui porte en elle la vocation de jouer un rôle dans la vie sociale puisse le faire, qu’une femme puisse accomplir seule les actes qui la concernent sans autorisation maritale, est indiscutablement un gain non seulement pour la dignité de la femme mais pour l’humanité.

Cependant dès que l’on touche les rôles, on touche la symbolique. La femme mère symbolise un certain nombre de valeurs de don, abandon, gratuité qui sont attachées à la physiologie sexuelle de la femme et à son rôle de porteuse d’une vie qui vient d’ailleurs. Si la femme peut gouverner sa fécondité comme bon lui semble, l’humanité, dans ce système de pensée, perd quelque chose de la valeur don abandon, gratuité. Si, par exemple, la femme accède au ministère presbytéral, c’est la symbolique de distinction sexuée (« Je ne peux pas être tout, je suis limitée par mon sexe») qui craque…

Les enjeux

L’enjeu aujourd’hui, en ce qui concerne le féminin, c’est de tuer les mythes, sans tuer la symbolique ; le mot mythe étant employé ici au sens instinct inconscient, peurs, et le mot symbolique au sens de structuration humaine fondamentale.

L’enjeu c’est de libérer du carcan des rôles et modèles imposés les femmes et les hommes aussi, sans abandonner la différenciation sexuelle. C’est le grand enjeu aujourd’hui et il y a certains risques à éviter.

Le premier risque est celui de l’assimilation des deux sexes. Les femmes elles-mêmes se sont prises au piège de leur discours égalitaire. Être égaux, ce n’est pas être semblables. Certaines femmes ont eu des réveils douloureux, d’autres restent blessées et amères car elles n’ont pas récupéré la reconnaissance de leur féminité. Certaines parmi les premières féministes sont aujourd’hui en mal de maternité. Christiane Singer écrit dans « Les âges de la vie » : « Diverses factions en présence dans mon corps se disputaient l’hégémonie. L’intellect guerroyait avec l’instinct, le savoir acquis croisait le fer avec la mémoire ancestrale, l’esprit d’analyse défiait le cœur, la conscience politique le goût du bonheur immédiat, la combativité une irrésistible envie de reddition. » Elle évoque son combat en termes de valeurs masculines et féminines, qui se heurtent en elle. Or il est difficile de vivre des valeurs féminines dans un monde d’hommes.

La conscience que les valeurs féminines doivent faire leur percée dans la vie sociale, politique, économique pour que l’humanité puisse survivre est vive chez un certain nombre d’hommes. Mais toutes les femmes qui ont des responsabilités dans la vie politique, économique et même ecclésiale en témoignent : il est bien difficile de vivre sa féminité dans ces mondes-là.
_Monique Pelletier, alors qu’elle était ministre déléguée à la condition féminine, raconte que dans un congrès politique, elle parlait de tout ce qui lui tient à cœur : l’évolution des mœurs, l’existence quotidienne, et elle dit : « A vrai dire, mes mots s’étaient envolés sous la charpente de cette salle, comme autant d’oiseaux égarés dans une enceinte à laquelle ils étaient étrangers. Ces questions que j’estimais politiques n’étaient pas ressenties comme telles et n’avaient donc pas leur place dans un congrès politique. »

Des femmes responsables dans l’Église témoignent aussi que ce qui les intéresse c’est la fidélité à la vie, au réel, au concret, à la nuance et que cela se perd dès que l’on monte dans la structure.

Le masculin a tendance à rester valeur dominante, même pour les femmes. Parfois elles l’ont très bien intégré, mais celles qui ne l’intègrent pas dérangent tellement qu’elles se font rejeter. Cela est souvent très insidieux.

Mais là où l’on pourrait croire que les valeurs et le pouvoir masculin ont été éliminés, comme la « libération sexuelle », ils sont présents. Les femmes ont fait des prises de conscience aiguës. E. Morin, qui n’a rien d’une croyante, dans « La Rouge différence » en 1983, revendique le droit de ne pas prendre la pilule au nom du respect écologique de son cycle et de son droit à ne pas être disponible en permanence pour l’acte sexuel…

Louise Mandelac, sociologue féministe québécoise, dénonce la contraception dure (stérilet et pilule) comme une victoire du modèle de la sexualité masculine dans une société masculine où l’organisation sociale et économique ne tient pas compte de la maternité. La domination du masculin semble encore plus évidente dans le domaine de l’avortement. Il y a un interdit de dramatisation et un a priori de banalisation de l’avortement qui est masculin, ou inversement un terrorisme moraliste qui est une violence faite aux femmes.

Reste enfin un dernier risque : il faut éviter un retour à la puissance mythique féminine, cette puissance de la femme branchée directement sur la vie.

Les femmes ont débarqué dans le champ des hommes

Cela a ébranlé les hommes qui réagissent de façon différente : réaction macho pour se protéger, réaction fuite, par peur de ces nouvelles femmes, réaction « nouvel homme » pour qui le féminisme est promotionnel car ils ont appris à intégrer les valeurs féminines. Mais ils paraissent encore bien peu nombreux. Les femmes ont donc à faire attention au retentissement de leurs paroles et de leurs attitudes sur les hommes ; ils sont plus fragiles qu’ils n’en ont l’air.

Les femmes doivent faire attention aussi dans le domaine de la transmission de la vie.

Les nouvelles lois et les découvertes techniques de procréation leur permettent facilement d’avoir des enfants « sans hommes ». Déjà les sociologues, les pédiatres et les psychanalystes s’alarment.

Le grand pari

Le grand pari d’aujourd’hui est que le fait d’introduire les valeurs féminines dans le champ social soit le fait de la responsabilité conjointe des femmes et des hommes. _ Le grand pari maintenant est celui de l’alliance Homme/Femme. Il y a 3 000 ans, à un petit peuple a été faite une révélation tellement nouvelle et tellement révolutionnaire qu’elle n’est pas encore intégrée par l’humanité. Cette révélation est que l’humanité, à l’image de Dieu, est homme et femme. Non pas être androgyne, mais séparés, côte à côte, en vis-à-vis pour le dialogue. Or notre époque est la première qui, dans l’histoire, favorise d’une façon nouvelle ce vis-à-vis et ce dialogue des hommes et des femmes parce que, pour la première fois, ils sont à égalité sur un certain nombre de points.

Davantage égaux, davantage en face-à-face, homme et femme sauront-ils rester différents ?

Dans une société d’hommes et de femmes réconciliés avec eux-mêmes et entre eux, il n’y aura plus de problème pour l’enfant. Il sera à la fois le fruit et le garant de cette réconciliation, car une relation qui n’est pas mise au service d’un troisième terme est vouée à l’échec. Pour nous guider sur la voie de cette humanité nouvelle le «prophétisme hébreu» et la révélation trinitaire sont plus que jamais d’actualité.

Monique Hébrard

Extraits de Responsables n°187 – juin 1987


Travail de femme, femme au travail – page 131

Quelques semaines avant sa mort, France Quéré, théologienne, était intervenue dans le cadre d’une soirée organisée par le MCC à l’intention des jeunes couples, sur le thème du travail féminin.

Le problème actuel du travail féminin, et du partage des taches quotidiennes au sein du couple s’inscrit dans une histoire extrêmement ancienne, qui remonte au début de l’humanité.

La longue histoire d’une répartition sans histoire

Cette histoire nous plonge dans un arrangement des sexes qui supposait moins le partage que la partition, c’est-à-dire des attributions très spécifiques à chaque sexe. Un partage dicté par les nécessités de la survie…

Essayons de nous reporter au temps des premiers homo-sapiens, qui sont déjà nos ancêtres. Comment vivent-ils ? Ils s’efforcent de survivre, d’abord, et de se reproduire. C’est là la grande opération de leur vie, qui n’excède pas – pour la plupart d’entre eux – 20 années. Et la survie comprend deux actes : le premier consiste à se procurer le vivre ; le second à l’accommoder. Et sans doute, peut-on reconnaître un indice du passage à l’humanité proprement dite, dans l’apparition de ce deuxième acte. Les premiers hommes se contentaient de cueillette et de chasse. La nécessité d’accommoder ce que rapportaient les hommes est venue dans un deuxième temps ; probablement par le biais de la prise carnassière, qui se corrompt très vite, et dont il faut assurer le dépeçage, la conservation, la cuisson surtout, la récupération des peaux … Il existe finalement beaucoup plus de choses qui donnent à penser sur une bête abattue que sur une branche d’arbre. Et ce travail ajouté va amener une distribution des tâches à l’intérieur du couple, qui va s’instaurer durablement.

La prédisposition féminine à rester au foyer, en raison des grossesses, de l’allaitement ou du soin des plus petits, a établi très tôt la femme dans les tâches sédentaires du vivre. En outre, sa moindre force physique, sa moindre vitesse à la course, la désignent comme un chasseur moins qualifié que l’homme.

Peut-être peut-on aussi évoquer, même à ce stade bien primitif, une plus grande patience pour les tâches répétitives de la survie.

L’homme, lui, se distingue par ses activités de conquête et de maîtrise ; il rapporte ses trophées sur l’ennemi, sur la nature, sur les artisanats divers.

Ainsi ce partage spontané, dicté par les nécessités de la survie, implique les deux versants : force (sinon violence), et douceur. Une partie du couple lutte contre les éléments hostiles, que ce soient des hommes – la guerre est toujours là – ou que ce soient des choses ; l’autre partie assure la protection du fragile, le suivi des croissances lentes de l’humain. .. et c’est là un phénomène perpétuel et universel.

…Renforcé par le développement de symboliques sexuelles

Avec le développement des civilisations, viennent s’ajouter à ces nécessités pratiques des symboliques sexuelles, qui vont tendre à différencier et opposer hommes et femmes, infiniment plus que ne le suppose la nature. Il est par exemple un symbole universel, qui va assimiler la femme à l’élément terrestre, et l’homme – bien sûr – à l’élément céleste ; la femme à l’élément nocturne ses rythmes lui confèrent une spéciale complicité avec la lune -, et l’homme à l’élément solaire, la lumière, la force de l’esprit…

Pourquoi ce symbole femme-terre, sinon parce que le sein maternel fait songer à cette terre d’où germe la vie ? La femme est donc un être plus matériel, davantage soumis à ses émotions, à ses intuitions. En raison de sa faiblesse, elle est réputée passive. Et jusqu’au 19e siècle, époque à laquelle fut découvert le mécanisme de l’ovulation, la femme n’exerçait dans la procréation qu’un rôle de pure réception.

Ainsi liée à la nature par des symboles évidents, et distincte de l’homme par cette faculté étrange d’enfanter et de porter la vie, le rôle de la femme se déduit de la forme de son corps. Et la morale adressée aux femmes jusqu’à notre époque est toujours liée au biologique – notamment dans l’Église. Les Pères de l’Église par exemple, pendant des siècles, vont ressasser aux femmes qu’elles n’ont que deux voies possibles – (c’est déjà appréciable, l’Antiquité n’en offrait qu’une) : virginité et maternité.

S’agissant de l’homme, cet aspect biologique n’est jamais évoqué. L’empire masculin, c’est l’esprit ; c’est-à-dire ce qui dépasse la nature, et qui donne à l’homme le droit d’être toujours un autre que lui-même. Inventer des objets, des concepts, forger des lois… créer un monde qui n’est pas de ce monde, que la nature ne produit pas : le propre de l’homme est dans cette invention permanente, qui fait de lui le créateur permanent; tandis que la femme, assimilée à la nature, est sommée au contraire de demeurer fidèle à cette dernière, qui lui dicte et son essence et ses devoirs.

Ainsi, la symbolique vient-elle renforcer l’ordre instauré par les nécessités vitales.

…Consacré par les règles de la cité

Un troisième facteur va vriller un peu plus solidement la condition féminine dans cette passivité. Il s’agit des règles de la cité. La cité est un lieu où abonde une population dépourvue de liens de parenté. Les mariages vont s’y faire de manière exogamique, c’est-à-dire qu’on marie les jeunes hors du groupe familial, du clan familial. Les familles décident de ces échanges selon des règles extrêmement strictes il n’est pas question de tomber amoureux – qui permettront au groupe de se perpétuer en se renouvelant, et surtout de faire alliance avec un autre groupe. Ces sociétés forgent donc des règles d’appropriation où les femmes ne sont pas libres de leur choix : elles circulent comme des biens, pour être assignées à un homme, et cette appartenance ne doit souffrir aucune atteinte, d’aucune sorte.

Cités d’Orient

Dans les pays méditerranéens particulièrement, que ce soit chez les Romains, les Grecs, ou surtout les Juifs, le propriétaire d’une femme ne supporte pas qu’il y ait appropriation par un autre. Nous pouvons le comprendre aisément, s’agissant d’adultère mais l’interdit s’étend jusqu’au regard : ce dernier suffit pour capturer un être qui ne vous appartient pas. C’est pourquoi l’Orient n’a jamais supporté qu’un homme le garde une femme qui n’était pas la sienne, qui appartenait à quelqu’un d’autre. Il est vrai que le langage des yeux est d’une extraordinaire éloquence : on peut très bien faire une déclaration d’amour uniquement avec les yeux. Et dans l’Evangile, nous entendons cette phrase du Christ : « Il a commis l’adultère en son coeur, celui qui regarde une femme avec concupiscence » (Il admet tout de même qu’on puisse la regarder d’un air distrait, mais pas avec concupiscence).

Il faut donc éviter cette horreur du regard adultère, qui est déjà une offense à l’honneur du mari : on l’injurie, lui.

De ce fait, les codes en vigueur sont des codes d’enfermement. Pour éviter les regards masculins, on enferme les femmes ou bien, quand elles rencontrent des hommes, on les voile. Ces règles très strictes traduisent peut-être la crainte d’un « bâtard », car l’adultère peut avoir cette conséquence ; mais surtout, elles visent à défendre cet honneur qui est déjà sali, souillé par un simple regard. La femme est un bien impartageable qui fait partie de l’identité de l’homme, de la conscience qu’il a de lui-même. Or, l’identité masculine, qui dépend toujours du regard social, est une identité fragile, qui ne supporte pas la moindre offense.

Cités d’Occident

L’histoire telle qu’elle s’est déroulée en Occident n’a pas manifesté la même sévérité de mœurs. Elle a au contraire évolué spontanément vers une forme d’assez franche mixité. Ainsi, dans une société paysanne plutôt pauvre, les nombreuses fêtes contribuaient à mélanger davantage encore des hommes et des femmes que, déjà, le travail des champs associait.

A pesé également, dans une terre chrétienne, la prise de conscience de ce que l’homme, quelque soit son écorce – homme ou femme – est un sujet, et à ce titre a droit au respect. Il s’agit donc d’une société qui se mélange, qui se cherche, et où la femme, si elle reste sans doute encore brimée à certains égards, conserve néanmoins son jugement. Et cette société se développe selon une socialité qui, déjà, annonce ce que nous vivons aujourd’hui.

100 ans de promotion féminine accélérée

Le débat sur les femmes et le travail féminin insiste volontiers sur les inégalités qui perdurent, les différences de salaire, et la condition toujours brimée des femmes. En réalité, ce regard est plus militant qu’historien ; car il ignore la rapidité extraordinaire de la promotion féminine au 19ème siècle. Il s’est produit en cent ans une mutation historique sans précédent, sans équivalent dans aucun autre domaine.

Tabous brisés

Il y a exactement un siècle, la femme, dans les classes bourgeoises, était élevée dans l’ignorance, en attendant qu’on lui choisisse un mari. Sa fonction n’était que maternelle. Mais, des progrès extrêmement rapides se manifestent dans les années 1880, avec l’obligation de scolarité pour tous les enfants, quel que soit le sexe. L’enseignement primaire, qui met côte à côte filles et garçons, fait prendre conscience d’aptitudes égales, dont la preuve n’avait jamais été tentée. (Cette dernière avait pourtant été réclamée par la poétesse Christine de Pisan dès le 13ème siècle : le conseil a été suivi 7 siècles plus tard). Aussitôt sont créés les premiers. lycées féminins, qui ne débouchent pas sur le baccalauréat, mais sur une sorte de brevet supérieur, dont les filles ne font rien. Néanmoins, quand elles se marient – ou quand on les marie – elles sont tout de même plus instruites. Le mouvement s’accélère avec la guerre de 1914 : la raréfaction de l’élément masculin pousse les filles vers l’université, leur fait franchir le baccalauréat, et les dirige vers la vie professionnelle. Deux tabous vont ainsi se briser au cours des années 1920 : le tabou de la mixité, et celui de l’inaptitude féminine.

“Mixité”…

Dans le cadre d’une éducation qui demeurait quand même assez séparée, on ne supposait pas que garçons et filles, sur les mêmes bancs d’un amphithéâtre, ne soient distraits de l’enseignement qu’ils recevaient, et ne se livrassent à une orgie effroyable. Un document de 1885, qui se trouve au Musée de la Pharmacie de Montpellier, fournit à cet égard un témoignage éloquent.

… et « inaptitude féminine »

Le deuxième tabou concerne l’inaptitude foncière des femmes à exercer une profession. L’étude de l’histoire de l’éducation féminine ; pendant tout le 19ème siècle est, sur ce point, tout à fait révélatrice : pas de mathématiques (les femmes ne peuvent pas raisonner droit) ; pas de littérature (elles sont un peu folles)… Que reste t-il ? On leur enseigne, autant qu’elles en veulent, des matières à mémoire : histoire, géographie, langues, un peu de droit, histoire naturelle. .. tout ce qui peut être mémorisé. La femme reçoit la culture de l’homme pour la transmettre ensuite à ses enfants la mission d’éducatrice ne lui a jamais été mesurée. Mais attention, qu’elle n’y touche pas : elle doit remettre exactement ce qu’elle a reçu (on retrouve ici le principe de passivité observé à propos de la conception).

… La marche vers « l’explosion professionnelle »

L’évocation de ces tabous anciens et durables, permet de mieux mesurer la rapidité de la transformation historique. Lorsque les premières femmes se mettent à travailler, après avoir obtenu le diplôme universitaire qui. les habilite à prétendre à un emploi, les journeaux se déchaînent : « Ce sera la gabegie ». « Elles seront incompétentes, elles seront séductrices ».

Or, ce qui frappe dans la promotion de ces femmes, c’est l’extrême timidité avec laquelle elles se sont mises à travailler. Elles se sont jetées massivement sur des emplois qui ne faisaient qu’élargir leur voie traditionnelle : professions maternelles d’institutrice et d’infirmière ; profession combien nuptiale de secrétaire… Et toujours subordonnées à une autorité supérieure.

Et soudain, à partir des années 50 jusqu’à nos jours, d’une manière extrêmement rapide, et d’une manière massive en même temps, c’est l’explosion professionnelle. Au lieu de se cantonner dans les emplois dits féminins, voici que la femme va prétendre à tous les métiers elle assure sa croissance à la fois verticale et horizontale. Verticale, dans la mesure où l’infirmière deviendra médecin, et l’institutrice professeur – y compris dans l’enseignement supérieur ; et en même temps, progression horizontale, dans la mesure où la femme va postuler des emplois qui n’ont plus rien à voir avec le génie féminin proprement dit : magistrats, ingénieurs, cadres commerciaux, Pilotes. .. Ce qui semble de nos jours naturel, a bien constitué un renversement des tabous, une véritable révolution.

Aujourd’hui, cette conquête est en voie achèvement. Certes, la femme reste moins payée, plus chômeuse, plus ouvrière spécialisée que son compagnon. Mais, il ne faut pas oublier qu’en cent ans, on n’avait jamais vu un fragment de population – et lequel : 50% ! – réussir un renversement social de cette nature.

Il est clair que les problèmes ne sont pas résolus pour autant. Comment faire coexister cette vie professionnelle toute neuve avec le métier combien ancien d’intendante d’un foyer ? L’ancienne répartition se trouve ébranlée. L’homme du néolithique se fatiguait à l’extérieur, il revenait avec son bison sur l’épaule sa femme l’accueillait. Aujourd’hui ils sont deux avec le bison sur l’épaule. Comment s’y prendre?

Femme aujourd’hui

Dans une vie qui se veut à la fois professionnalisée et familiale; la conciliation des tâches pose à l’évidence un problème existentiel, qui est le problème de tous. Il reste que ce malaise éprouvé par les couples aujourd’hui est bien un malaise de pléthore, ce n’est pas un malaise de vide. A souffrir, sans doute vaut-il mieux souffrir à cause d’une vie trop remplie qu’à cause de son vide, de son manque de sens.

Certes, beaucoup de femmes sont angoissées – en particulier lorsqu’elles travaillent par choix et non par nécessité ; elles ressentent l’éternelle culpabilité de celle qui, étant ici ne peut pas être là, et réciproquement ; mais la plupart éprouvent beaucoup de joie à travailler, et sont heureuses de vivre.

Quant aux hommes, il semble qu’ils fournissent à leur femme une aide ménagère plutôt que d’assumer un véritable partage. On n’en est pas là. Mais l’introduction des pères à la vie familiale – jadis chasse gardée des femmes – est ressentie par eux comme un accroissement de bonheur, notamment à travers les soins donnés aux tout-petits.

Faut-il pour autant tenter d’intervertir le rôle des sexes, comme certains pays scandinaves assez pionniers en ce domaine ? Cette interchangeabilité serait-elle réaliste ? Serait-elle souhaitable ? Faut-il résilier comme archaïque l’idée d’une « spécificité féminine » ou bien cette dernière garde t-elle un sens ? Que dire ?

Spécificité féminine ?


La spécificité des sexes, masculin ou féminin, a quelque chose d’indicible. Nul ne peut prétendre cerner tout le mystère, et on ne dira jamais qui est l’homme, et on ne dira jamais qui est la femme. Peut-on cependant essayer d’avancer dans. ce mystère?

La femme et la paix

Il faut tout de même penser ceci : pour la femme, -la force physique n’a jamais été payante. Elle n’a donc, pas construit sa moralité sur cette base. La femme n’est pas l’être de la conquête ; elle est l’être qui sait qu’il peut être toujours défait. Elle a donc misé sur autre chose, et elle a misé sur la paix, sur la concorde. Choix conforté par la lenteur de son œuvre propre : l’œuvre de la femme, c’est de mettre au monde un enfant – et cela prend neuf mois ; c’est d’éduquer cet enfant et cela prend vingt cinq ans.

La femme est donc du côté des œuvres lentes avec ce paradoxe abominable pour elle : l’œuvre de ses vingt-cinq ans de travail, une seconde suffit pour l’anéantir. Une balle tirée sur l’enfant élevé démolit vingt-cinq années d’efforts. La violence pour la femme, c’est vraiment l’ennemi. Cela fait partie de son essence, de son identité, de sa spécificité.

La femme et l’autre

Autre expérience spécifiquement féminine : l’étrangeté.. La femme est familiarisée avec l’étrange. Elle est la seule à faire l’expérience, extrêmement intérieure, d’une présence en elle d’un autre qu’elle, dont elle ne sait rien.

Philosophiquement, l’expérience de la gestation n’a jamais été honorée, parce que les philosophes sont des hommes. Il faudrait plus de philosophes femmes, pour décrire cette expérience humaine tout à fait incomparable : être habitée, au plus intime de soi, par quelqu’un qu’on ne connaît pas, et dont on sait avec certitude qu’il ne sera pas votre rival, ni votre ennemi, ni votre menace, et qu’on est prête à tout donner pour que lui vive, et que soi-même diminue. Dans l’Évangile, c’est Jean-Baptiste qui tient le propos le plus féminin qui soit, lorsqu’il dit : « Il faut qu’il croisse, et que moi je diminue ».

C’est cela l’expérience féminine : une liaison à autrui qui ne passe plus par le procédé habituel de la haine et de la peur, de la crainte et de la force ; mais simplement par la conscience d’une vie fragile, unique, dont la femme fait l’expérience existentielle. Peut-être est-ce pour cela que les femmes ont échappé, dans l’ensemble, au désespoir métaphysique, au sentiment de l’absurde – sentiment très masculin au temps de Sartre et de Camus : l’autre, en elles, suffit à signifier un sens.

Adam et Eve

Ce contraste apparaît dans le récit de la Genèse : Eve au fond, a une chance folle. Elle a été créée en second. Dès qu’elle a ouvert les yeux, elle a vu un homme en face d’elle, donc une raison de vivre.

Tandis que le pauvre Adam, lui, a été placé tout seul dans son jardin. Et pourtant c’était bien joli, ces arbres beaux à voir, et bons à manger. Mais il s’est ennuyé, il était seul. Il a été traversé d’une sorte de détresse existentielle. Il ne savait pas pourquoi il vivait. Et Dieu dit : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul ».
Si l’homme avait été heureux, jamais Dieu n’aurait dit cela.

Et peut-être peut-on interpréter ce récit de la Genèse dans le sens d’une réponse partielle à l’énigme des sexes. Lui est hanté par le drame de la solitude. Et elle, d’une certaine façon, elle a la réponse ; puisqu’elle ne connait pas cette solitude, ayant toujours en face d’elle son vis-à-vis. .

France Quéré

Extraits de Responsables n°269 – septembre/octobre 1995

2015-03-30T16:03:54+00:00