L’ouvrage de Christiane Joly, sfx, n’est pas un livre supplémentaire sur le sujet des femmes dans l’Église. Comme le suggère son titre, « Envoyés ensemble » dévoile toutes les opportunités que celles-ci peuvent saisir, et globalement les laïcs, grâce à ce temps de synodalité.

L’auteur revisite la tradition par une synthèse précise des connaissances mises à jour, qualifiées modestement de « notes théologiques, ecclésiologiques, magistérielles », sans jamais lasser son lecteur. Elle démontre qu’initialement, tous ont été envoyés par Jésus et les apôtres, en commençant par Marie-Madeleine, puis les « femmes autour de Saint Paul » et celles des églises de maisonnées ; puis, qu’à la faveur des influences masculines exclusives, leur rôle s’efface, au large profit du prêtre. Elle présente des figures émergentes dès le 19ème siècle, lors des crises du modernisme et des débuts du féminisme, la déception des femmes, dont certaines dissidentes seront ordonnées prêtres et même évêques. L’autrice réexamine les fondements historiques et ecclésiologiques un peu oubliés des premiers ministères (« non sacerdotaux » mais « rassembleurs »), les notions de pouvoir et de l’autorité ; elle rappelle que, dans les textes les plus anciens, les femmes diacres reçoivent « une grâce sacramentelle », complètement oubliée ensuite. Les arguments des anglicans et des orthodoxes pour l’accès à la prêtrise sont présentés.

La riche dernière partie est d’une actualité aigüe. Elle offre des pistes stimulantes pour la mise en place aujourd’hui, et pour chacun, d’un mode de vie synodal dans notre Église, pour la mission.

La touche personnelle de l’auteur est sa pratique de l’œcuménisme, ses connaissances sur l’orthodoxie, sa fine argumentation. Son approche est équilibrée, sa hardiesse mesurée : si elle approuve le Synode allemand, elle ne remet pas en cause de la vision de « l’essence féminine » ni ne s’aventure vers la théorie du genre ; timide quant aux prédications, elle renvoie vers les spécialistes quant à la théologie des ministères et celle de l’ecclésiologie synodale.

Cette approche non militante, en langage simple, intéressera chacun de nous : voilà de quoi se  forger une opinion avec les meilleurs ecclésiologues. C’est un ouvrage de base pour qui souhaite une synthèse actuelle, documentée et pondérée de la place des femmes et les possibles ouvertures aux laïcs. Il est indispensable pour qui connaît peu ces problématiques, comme pour celui qui pense les connaître.

Odile Vérier-Mine, déléguée nationale du mouvement, représentante du MCC à Promesses d’Église