56 % des catholiques pratiquants ne connaissent pas l’encyclique du pape François « Laudato Si’ » (LS) de 2015. Combien sommes-nous à avoir reçu son exhortation d’octobre 2023 ? Ce texte est un cri qui veut réveiller les consciences et mobiliser les bonnes volontés, individuelles et étatiques. Nous mettons gracieusement à votre disposition la vie d’équipe publiée dans le dernier Responsables dont le dossier s’intitule « Laudato deum : prier et agir avec le pape François ».

Voir, lire, entendre, comprendre, partager en équipe

Laudate deum propose une synthèse des éléments constitutifs de la crise climatique (§§ 5 à 19) puis aborde le paradigme technocratique (§§ 20 à 33), la faiblesse de la politique internationale (§§ 34 à 43), les Conférences sur le climat (§§ 44 à 52), les espoirs de la COP28 (§§ 53 à 60) et enfin les motivations spirituelles (§§ 61 à 73).

  • Comment chacun d’entre nous s’approprie-t-il cette exhortation ?

Discernons à la lumière de la foi (Laudate deum, §§ 62-64)

  1. La Bible raconte que « Dieu vit tout ce qu’il avait fait : cela était très bon » (Gn 1, 31). À lui appartiennent « la terre et tout ce qui s’y trouve » (Dt 10, 14). C’est pourquoi il nous dit : « La terre ne sera pas vendue avec perte de tout droit, car la terre m’appartient et vous n’êtes pour moi que des étrangers et des hôtes » (Lv 25, 23). Par conséquent, « cette responsabilité vis-à-vis d’une terre qui est à Dieu implique que l’être humain, doué d’intelligence, respecte les lois de la nature et les délicats équilibres entre les êtres de ce monde » (LS, 68).
  2. D’autre part, « l’ensemble de l’univers, avec ses relations multiples, révèle mieux l’inépuisable richesse de Dieu » (LS, 86). Par conséquent, pour être sages, « nous avons besoin de saisir la variété des choses dans leurs relations multiples » (LS, 86). Sur ce chemin de sagesse, il n’est pas sans importance pour nous que nombre d’espèces disparaissent et que la crise climatique mette en danger la vie de tant d’êtres.
  3. Jésus « pouvait inviter les autres à être attentifs à la beauté qu’il y a dans le monde, parce qu’il était lui-même en contact permanent avec la nature et y prêtait une attention pleine d’affection et de stupéfaction. Quand il parcourait chaque recoin de sa terre, il s’arrêtait pour contempler la beauté semée par son Père, et il invitait ses disciples à reconnaître dans les choses un message divin » (LS, 97).
  • Dieu nous appelle : Comment l’entendons-nous ?
  • Le pape nous exhorte : Comment répondons-nous ?

Agir d’un cœur transformé

Pris dans la crise, certains parmi nous se voient impuissants, d’autres s’imaginent en descente accélérée dans un abîme sans fond. Pourtant d’autres surnagent ou même contribuent à trouver des solutions. Le message du pape qui a accompagné la COP28 à Dubaï s’adresse à nous toutes et tous. Il est vecteur d’espérance.

  • Comment allons-nous le prendre en compte dans nos vies ou contribuer à le transmettre ?
  • En quoi cela modifie-t-il notre façon d’agir et d’être dans le monde ?

Dominique Semont, Comité de rédaction

 

Pour bénéficier de la lecture de Responsables, la revue du Mouvement qui fait le lien entre ses équipiers, vous pouvez vous abonner au prix modique de 30 € pour 4 numéros de 36 pages. Toutes les informations sont en ligne.