MOUVEMENT CHRÉTIEN DES CADRES ET DIRIGEANTS

Accueil > Publications > Vies d’équipe > Vie personnelle et vie spirituelle > Courir, c’est la vie qui jaillit ; mais courir après le temps... Juste (...)

Courir, c’est la vie qui jaillit ; mais courir après le temps... Juste dépense ou dépense vaine ?

Depuis plusieurs mois la préparation du Congrès, la lettre mensuelle ou Responsables nous proposent des représentations qui donnent au temps dimensions, couleurs, figures. Chimère diront certains de vouloir représenter le temps. Pourtant ces représentations expriment toutes l’évanescence d’un temps qui bouge, se contracte ou s’étire, s’accélère : un temps jamais figé.

Alors pour nous accomplir nous courons après lui, n’ayant plus le loisir ou le temps d’attendre, chaque déclic nous montrant en train de faire, d’accumuler, de ne rien rater, de vite profiter. Ces instantanés arrivent en rafale, souvent flous… L’essoufflement et l’insatisfaction nous gagnent. Comment se placer sur pause, réaliser l’arrêt sur image ?

- 1er temps
Échangeons en équipe sur nos comportements dans le travail, les loisirs, la famille, comportements qui collent au mieux avec cette description de la course après le temps. L’objectif est, pour chaque contributeur, d’exprimer quels en sont les moteurs et les effets ressentis.

- 2ème temps
Prenons le « temps » de relire un texte écrit dans le numéro de juin 2002 de Responsables par Françoise Le Corre et laissons-nous guider : « L’équilibre, c’est par définition une position instable, une position de balancement. Simplement il y a une question capitale qui est celle du centre de gravité. L’équilibre se maintient si le mobile est bien placé sur son centre de gravité. Et c’est ce centre même que nous sentons menacé. La course, c’est la légèreté : nous en avons besoin. La gravité c’est l’inverse. C’est le poids, le poids des choses (ce qui n’est pas la douceur des choses), celui du cœur, du désir, de l’espoir, de ce qui ne se voit pas, ne se montre pas, tout ce qui est le royaume intérieur, ce qui relève du lieu des sources ».

Dans la confiance pouvons-nous, chacun, exprimer l’image de notre « lieu des sources » ?

- 3ème temps
Nous allons repartir vers nos chemins respectifs. Pouvons-nous rassembler dans une prière commune nos engagements personnels à être plus attentifs, à mieux écouter, contempler, prier, murmurer, mais aussi à mieux partager ?

Dominique Semont

Tout voir

Régions

  • FIL D'ACTUALITÉ