Il va nous falloir du courage pour traverser les confinements et cette crise sanitaire. La notion de courage trouve donc aujourd’hui une résonance toute particulière. Mais que met-on derrière cette notion de courage ?

Le courage, c’est quoi ?

Le courage, c’est comme une force qui pousse. C’est poser une décision difficile qui peut aller à l’encontre des pensées communes.

Le courage c’est le contraire de « ne pas faire ». C’est aller de l’avant, prendre un élan, comme la foi.

Mais être courageux, est-ce quelque chose d’inné ou qui s’apprend, par notre éducation, nos expériences de vie ? A-t-on le choix d’être courageux ?

Peut-on se définir soi-même comme courageux ou bien est-on qualifié de courageux par les autres ? Est-on plus courageux en groupe ?

En quelque sorte, le courage n’est-ce pas nous redonner notre capacité d’agir ? Car il ne définit pas l’action mais le chemin parcouru pour arriver à l’action.

Quelques pistes pour enrichir votre réflexion.

Qu’est-ce que le courage pour moi ? Comment je le définis ?

Ai-je des exemples de personnes qui ont fait preuve de courage ? Dans mon histoire, des exemples d’événements où j’ai fait preuve de courage ?

Qu’est-ce qui me pousse à être courageux ? En quoi le courage des autres me pousse/aide-t-il à être moi-même courageux ? Est-ce que le courage s’apprend ? Se transmet ?

La foi, moteur du courage ? Est-ce que ma foi m’aide à être courageux ? Faut-il du courage pour vivre pleinement sa foi ?

Des textes à méditer

La vocation de Gédéon (Livre des Juges, 6,14 à 18).

L’offrande de la veuve (Marc 12, 41 à 44).

Équipe JP du Rhône Les dix-namiques et leur accompagnateur Arnaud Alibert, assomptionniste