Publié le 12 novembre, le rapport statistique annuel du Secours catholique-Caritas France sur l’état de la pauvreté en France, produit des constats et analyses sur la précarité, issus de l’observation sur l’ensemble du territoire national de plus de 55 400 situations. L’ONG, qui a accueilli 1 393 000 personnes en 2019, alerte sur l’aggravation de la précarité et la dégradation du niveau de vie des plus pauvres : la France franchira en 2020 le seuil des 10 millions de personnes pauvres, contre 9,3 en 2018.

Parmi eux, 8 millions, dont beaucoup de familles, ont besoin de l’aide alimentaire pour vivre, 40 % des ménages précaires étant dans l’incapacité de couvrir leur dépense alimentaire quotidienne, estimée à environ 7 € par jour et par personne. L’association a complété son étude d’une enquête approfondie sur leur budget, soulignant les privations quotidiennes et les arbitrages impossibles auxquels ils sont confrontés : chauffer le logement ou se nourrir, acheter un habit pour la rentrée ou payer la facture d’électricité.

Devant l’aggravation de la pauvreté, le Secours catholique se montre favorable à une nette augmentation des montants des minima sociaux, en particulier la revalorisation du RSA de 564 à 893 euros pour permettre aux personnes de vivre plus dignement, et plaide pour un revenu minimum garanti qui protège les plus démunis.

Quelques jours après la publication du rapport annuel de l’ONG, le 15 novembre, le pape François a célébré la 4e Journée mondiale des Pauvres. Il a développé une réflexion sur le sens de la parabole des talents et exhorté à suivre Jésus en se mettant au service des pauvres : « La pauvreté prend toujours des visages différents qui demandent une attention à chaque condition particulière ». Question de fraternité.

Marie-Hélène Massuelle

Le rapport 2020 du Secours catholique-Caritas France