Anne-Elisabeth Martin et François Rezeau, un binôme à la tête des Hauts-de-Seine

////Anne-Elisabeth Martin et François Rezeau, un binôme à la tête des Hauts-de-Seine

Nouveaux responsables de la région Hauts-de-Seine, Anne-Elisabeth et François, tous deux mariés, le second grand-père, viennent de répondre à l’appel de leurs prédécesseurs Christian Creti et Jean-Pierre Loza. Jusque-là responsables des secteurs Nord et Sud du département, ils connaissent bien le mouvement dont ils sont membres avec leurs conjoints depuis 2004 et 1998.

Ingénieure agronome de formation, Anne-Elisabeth est passée de la pêche et l’aquaculture aux services informatiques dans la banque avant de se reconvertir en 2017. Un gros « pépin » de santé et une prise de recul face à la financiarisation de l’économie l’ont menée à la direction de structures sanitaires et sociales. Depuis sa formation, elle travaille dans une clinique de soins de suite et de réadaptation.

François a lui aussi suivi le mouvement de financiarisation de l’économie dans l’immobilier. Désireux de se mettre à son compte, il a créé en 2011 une société de conseil en investissement (6 personnes) dans le même secteur. Tous deux se disent animés par le souci de remettre plus d’humain au cœur de l’entreprise.

Ayant franchi toutes les étapes au sein du MCC, depuis Notre-Dame de Pentecôte à La Défense et Bourg-la-Reine, puis à la tête des secteurs Nord et Sud, ils se réunissent aujourd’hui pour animer les 25 équipes de ce département dont 60 % des membres ont plus de 50 ans. Les JP sont moins nombreux dans ce département « ceinture de Paris » que les cadres plus âgés, et ne sont pas toujours intégrés dans leurs paroisses. Le challenge est « d’exister » à côté de Paris pour attirer de nouveaux membres et faire connaître le mouvement dans les paroisses (par les curés) mais aussi en périphérie de l’Église, notamment parmi les solos.

Anne-Elisabeth est consciente de la sécularisation de la société, liée à l’accélération du temps nécessitant une approche différente de l’évangélisation du monde du travail. Les deux nouveaux responsables ont à cœur d’organiser des rencontres brassées, comme l’after-work de rentrée à côté de la Seine musicale. Ils ont rendez-vous ces prochains jours avec leur nouvel évêque, ouvert sur les mouvements, pour mieux insérer le MCC dans la pastorale diocésaine.

Solange de Coussemaker

2019-02-04T13:24:51+00:00