Comment la spiritualité ignacienne peut nous aider à ré-enchanter le travail ?

/, La plateforme, Restitution des événements/Comment la spiritualité ignacienne peut nous aider à ré-enchanter le travail ?

Le secteur Haute-Savoie s’est saisi de cet aspect du thème d’expression commun et a réfléchi à la façon de ré-enchanter le travail à la lumière de la spiritualité ignacienne, le 21 avril à la Roche-sur-Foron, avec Alain Verret, membre de la Communauté de vie chrétienne (CVX) et coach professionnel.

Voici quelques points que nous retenons de cette journée :

  • La spiritualité ignacienne nous aide à concilier l’action quotidienne, le service des autres, et la vie de foi : comment mettons-nous en œuvre l’articulation de ces trois facettes de notre vie ?
  • Pour saint Ignace, le travail se confond avec l’activité humaine. Nous avons à casser le cloisonnement, hérité du XIXème siècle, entre le travail et l’activité humaine et unifier l’homme fragmenté entre travail, famille, loisirs…
  • Saint Ignace a une idée positive du travail, qui est de participer à l’œuvre de Dieu. Ré-enchanter le travail, c’est prendre conscience que nous participons à cette œuvre et travailler avec le Christ.
  • Le discernement ignacien n’est pas seulement choisir entre le bien et le mal, mais s’orienter vers Dieu, vers la vie.
  • Développement personnel et spirituel : est-ce que l’homme est là pour son propre développement (être bien soi-même), ou pour un Autre qui l’habite ?
  • Quand nous sommes dans la désolation, prenons du recul dans la prière pour retrouver le souffle de l’Esprit. Nous ne pouvons pas changer la réalité, mais notre discernement de la réalité. Choisissons ce qui va vers la vie, la voie du moindre mal, et travaillons notre indifférence vis-à-vis des forces de domination, de colère, de division.

Nous avons aussi réfléchi aux questions qui pourraient être reprises en réunion d’équipe :

– en quoi puis-je reconnaître le travail du diviseur ? (Le diviseur peut être séduisant ou hérissant : on est fasciné) ;

– qu’est-ce que j’ai déjà fait pour résister intérieurement ? (Comment je me déplace par rapport à cette fascination) ;

– qu’est-ce que je peux reconnaître comme grâce, source de vie ? (Vie de prière, suis-je capable de dire : « Merci Seigneur pour ce que j’ai vécu aujourd’hui »).

Et nous sommes repartis avec deux conseils de lecture :

Dieu au quotidien, à la manière d’Ignace de Loyola, J-C Dhôtel s.j., Ed Vie chrétienne, 2012

Pour une existence spirituelle, Henri Laux, s.j., Ed Facultés jésuites de Paris, 2017

Françoise et Jean Ouziel, responsable du secteur Haute-Savoie

2018-09-27T12:59:56+00:00