Armelle Bigot, enseignante et chercheuse… de sens

////Armelle Bigot, enseignante et chercheuse… de sens

Du 11 au 13 novembre prochain, 200 jeunes professionnels vont se laisser interpeller, à la session JP de Lille par le thème « Mobiles ou déracinés? ».

Rencontre avec Armelle Bigot, JP parisienne de 31 ans, l’une des chevilles ouvrières de cette session lilloise.


10 ans à Orléans, 10 à Lyon, 10 à Paris… Forcément, à l’heure de abigot2.jpgsouffler sa 30e bougie et de mordre à pleines dents dans sa 4e tranche de vie, Armelle Bigot, rompue à l’exercice du «déracinement», s’est demandée, entre réflexion sous forme de boutade et réelle introspection, si le temps n’était pas venu de se chercher un nouvel horizon…

J’ai pesé le pour et le contre et finalement je suis restée“, confie cette jeune enseignante à l’Ecole Nationale de Chimie, Physique et Biologie-Lycée Pierre-Gilles de Gennes, dans le 13e arrondissement de la capitale. “Je ne suis pas insensible à la question, elle traverse beaucoup de mes amis, qui eux déménagement chaque année ou se déplacent toutes les semaines pour leur travail“.

Si Armelle, membre de l’équipe JP Couscous Mailing depuis 4 ans, ne semble pas avoir d’état d’âme en se remémorant son choix, nul doute qu’elle continuera néanmoins de creuser la question, au cours de la session JP de Lille, du 11 au 13 novembre prochain.

Le thème du rassemblement l’y invitera tout naturellement : «Mobiles ou déracinés? Soyons bâtisseurs de nos choix de vie…»

La mobilité, Armelle la vit d’ailleurs au quotidien dans son travail, puisque son statut de professeur «remplaçant» l’amène à jongler avec les programmes et les classes, des lycéens de seconde aux étudiants de BTS.
La rentrée 2011 a été un peu sportive, il faut qu’élèves et professeurs s’apprivoisent mutuellement” reconnaît en souriant l’agrégée de biochimie, qui forme des futurs techniciens dans des secteurs aussi variés que l’analyse médicale, l’agroalimentaire ou la radiologie.

Même si sa thèse fut «une excellente expérience», Armelle a toutefois préféré laissé parler sa vocation d’enseignante, jugeant difficile de mener en parallèle une carrière de chercheur(e). “Le monde de la recherche offre moins l’opportunité d’être ouvert aux autres, chacun étant plongé dans un travail très individuel, autour d’un projet à long terme. A l’inverse, en enseignant, j’ai un retour rapide sur ce que je fais, à travers le regard des jeunes que l’on forme“.

Surtout, Armelle conçoit la salle de classe, mais aussi la relation avec ses collègues professeurs, comme un formidable terrain pour expérimenter le désir «d’ancrer sa foi dans les activités du quotidien». _ Ainsi, par exemple, le souci de « rester ouvert à chaque élève, de les encourager, d’être attentif aux coups de déprime des autres profs, car nous sommes souvent confrontés à la solitude de la salle de classe. »…

L’an dernier, Armelle a été appelée à venir étoffer l’équipe JP France.

Dès le premier week-end de préparation auquel j’avais participé, à peine avalé un café, nous étions déjà dans le vif du sujet, les idées avaient fusé…”. Aujourd’hui, à quelques semaines de l’événement, elle garde le rythme et le cap, tout en participant aux réunions de son équipe Couscous mailing … et de l’équipe de la région JP Paris.

Je vis une année très intensive au MCC, c’est parfois beaucoup mais en même temps cet échelon régional est essentiel, entre les instances nationales et les équipes de base“. Pour preuve, Armelle et l’équipe JP France n’ont pas manqué de s’appuyer sur les Lillois pour le volet logistique de la session. La préparation des veillées, elle, a été confiée à plusieurs régions, les JP Paris se chargeant, de leur côté, des temps de prière qui rythmeront ces 3 jours.

Pierre-Olivier BoitonLogojplille_web.jpg

2018-08-28T09:11:23+00:00