Le temps de l’Avent, à l’approche de Noël, est propice à la réflexion sur la façon dont nous pouvons vivre la solidarité, l’un des piliers de la doctrine sociale de l’Église. Si la charité est la source, la solidarité en est une traduction : principe de compréhension et d’action, elle exprime la manière dont est reconnue la valeur intrinsèque des choses et la dignité de chacun. Elle renforce les liens écologiques et sociaux à travers la construction d’institutions, sources de droits et d’obligations réciproques. Par elle, la doctrine de l ‘Église est opposée à toutes les formes d’individualisme social ou politique. 

  1. Partage de situations où le principe est en jeu

Les terrains d’application de la solidarité sont innombrables, par exemple dans l’interdépendance écologique et sociale, dans le débat sur la protection sociale, dans la responsabilité sociale des entreprises, dans la répartition des tâches en entreprise, face à la vulnérabilité…

  • Comment je vis la solidarité au quotidien ? En suis-je l’objet ? En suis-je acteur ?
  • Suis-je étonné, voire choqué de certaines situations ? Si oui, lesquelles, comment ?
  • Comment mon entreprise se montre solidaire – ou non- de toutes ses parties prenantes (actionnaires, clients, fournisseurs, salariés…) ?
  • Dans mon entreprise, dans quels domaines de la solidarité, des personnes sont-elles engagées ?

–  Mon travail n’est possible qu’avec d’autres : comment vais-je prendre soin des liens qui le permettent ?

  • Je mentionne l’une ou l’autre belle situation de solidarité, à laquelle je contribue.
  • Je mentionne l’une ou l’autre situation d’absence de solidarité, ou situation d’exclusion à laquelle je contribue par mon inertie.
  • Je dis ce qui me dynamise et ce qui a fait grandir mon sens de la solidarité, ce qui me freine pour bouger.
  1. Méditation avec une lecture biblique : Isaie 58, 6-8

« Le jeûne qui me plaît, n’est-ce pas ceci : faire tomber les chaînes injustes, délier les attaches du joug, rendre la liberté aux opprimés, briser tous les jougs ? N’est-ce pas partager ton pain avec celui qui a faim, accueillir chez toi les pauvres sans abri, couvrir celui que tu verras sans vêtement, ne pas te dérober à ton semblable ? Alors ta lumière jaillira comme l’aurore, et tes forces reviendront vite. Devant toi marchera ta justice, et la gloire du Seigneur fermera la marche. »

  1. Propositions de mise en œuvre avant la prochaine réunion (à partager en début de la réunion suivante)
  • Comment je fais grandir dans la solidarité, la communauté de travail à laquelle j’appartiens ? Comment j’organise le travail et le respect des personnes pour qu’il y ait plus de solidarité autour de moi ?