Comment redonner au mot « philosophie » son sens originel d’amour de la sagesse, sagesse bien humaine, pratique, loin des élucubrations théoriques qui collent habituellement au concept de philosophie ? Ce défi a été brillamment relevé par cette nouvelle mouture du café philo à laquelle j’ai eu la joie d’assister avec quelques collègues et amis, le 27 novembre dans un bar près de Beaubourg : nous n’étions pas des spécialistes de l’Organon (ou traités logiques) d’Aristote mais nous avons tous été conquis ! Le thème avait le mérite de poser une question simple et essentielle : « Comment faire des bons choix en toute liberté ? »

Nous avons été menés de main de maître dans un exercice ludique de maïeutique socratique : 9 équipes en concurrence aux noms parfois cocasses (« Les bronzés »…), pour déjouer les 6 pièges qui risquent d’entraver notre liberté : la fatalité, la vue à court terme et les préjugés … à vous de trouver les autres ! Mention spéciale à François et Roseline qui ont donné corps à ces pièges dans des saynètes désopilantes introduites par le jingle de « un « gars / une fille » ! D’ailleurs pour nous détendre avant la pause, Bénédicte et Henri avaient prévu un blind test où tous se sont donnés à cœur joie !

« Diverte a malo et fac bonum » nous exhorte le psalmiste, « Détourne-toi du mal puis fais le bien », conseil parfaitement suivi par les organisateurs ! Dans la deuxième partie, plus recueillie et intimiste, le père Grégoire Le Bel nous exposait les 8 atouts à utiliser pour nous aider à faire un bon choix. Ici, pas de technique de développement personnel : si nous étions encouragés à « nous faire confiance », c’est bien à travers la vérité fondatrice que notre vie tient son origine de l’amour de Dieu notre Père à tous, croyants ou non. Et quelles plus belles recommandations pour conclure, que de faire confiance en ses talents, et de prendre ses rêves d’enfant comme ligne directrice de nos choix ?

Un café philo qui assume son retour aux fondamentaux du charisme ignatien : discernement pour un humanisme total ! Déjà la prochaine séance arrive avec sa nouvelle question, directe et franche qui interroge le plus profond de nos âmes : « suis-je diabolique malgré moi ? ». Ne dit-on pas que la parole de Dieu est plus tranchante qu’une épée pour pénétrer jusqu’aux jointures de l’âme ?

Rémi Slavik, Chapô2Roues

Prochain café philo le 30/1 avec Alain Cugno, auteur de « La séduction du diable – Réflexions sur la question du mal », Mame, 2019