Et si les salariés se révoltaient ?

////Et si les salariés se révoltaient ?

Sous ce titre provocateur – qui ne correspond pas à l’essentiel du livre – Patrick Artus, professeur en économie, chef économique de la banque Natixis, et Marie-Paule Virard, journaliste économique, lancent une alerte. Arguments et chiffres à l’appui, ils démontent les mécanismes qui poussent l’économie mondiale à un élargissement des inégalités contre-productif pour une croissance soutenable.

À partir de nombreuses études, les auteurs montrent que la théorie du « ruissellement » ne fonctionne plus. L’enrichissement des plus riches ne profite plus suffisamment à l’économie réelle, et n’entraîne pas d’impact à la hauteur en matière d’innovations ou d’investissements productifs.

De l’autre côté, la pédale de frein sur les salaires limite la consommation, ce qui n’encourage pas les investissements.

Les auteurs décomposent tous les effets négatifs de la bipolarisation de l’économie. C’est toute la pyramide sociale qui s’affaisse, avec la grande désillusion des classes moyennes, avec le risque d’un rejet du système dans les urnes et une panne de la démocratie sans laquelle l’économie de marché ne peut pas vivre.

Patrick Artus et Marie-Paule Virard lancent un appel pressant pour faire émerger un nouveau modèle de capitalisme européen apte à contre-balancer les excès du « capitalisme actionnarial » anglo-saxon. Ils font des propositions précises et concrètes pour faire évoluer les choses dans de nombreux domaines de la vie des entreprises.

Au total, les auteurs appellent un changement dans la définition d’une entreprise : ses actions appartiennent à ses actionnaires ; l’entreprise est une personne morale autonome qui n’appartient pas à ses actionnaires.

Patrick Artus, avec un itinéraire personnel très différent de celui de Cécile Renouard, la rejoint dans plusieurs des préconisations de son livre « L’entreprise comme commun », chroniqué dans la newsletter en juin.

Arnaud Laudenbach

Et si les salariés se révoltaient ?, Patrick Artus et Marie-Paule Virard, Fayard, 2018, 172 pages, 15 €

 

2018-09-27T13:03:50+00:00