Une conférence sur l’héritage du cardinal J. Cardijn et le rôle des mouvements d’action catholique

////Une conférence sur l’héritage du cardinal J. Cardijn et le rôle des mouvements d’action catholique

À l’occasion du 50e anniversaire de la mort de Joseph Cardijn (1882 – 1967) en 2017, Pax Romana, mouvement d’Église international qui fédère depuis près d’un siècle différents mouvements nationaux dont le MCC, a organisé avec la « Communauté Cardijn International (CCI) » une session les 6-8 juillet à Cincinnati autour de cette figure parmi les plus importantes du catholicisme du XXe siècle.

L’influence de ce prélat belge a été considérable y compris au Concile Vatican II sur la justice sociale, le rôle du laïcat, la théologie de la libération et le recours à une méthodologie inductive dans l’enseignement social. De plus, les mouvements de l’action catholique spécialisée (ACS) qu’il a contribué à créer, ont formé des millions de catholiques.

Les différentes interventions ont insisté sur les points suivants :

– L’importance historique du père Cardijn et des mouvements. Des spécialistes ont évoqué leur impact sur la vie de l’Eglise, et d’autres ont partagé comment leur vie a été transformée par leur implication dans les mouvements.

–  L’impact de la méthode « voir, juger, agir » ou « révision de la vie », qui a été révolutionnaire pour la théologie et la vie ecclésiale du siècle dernier. Les livres théologiques et les textes magistraux suivent cette méthode. D’innombrables groupes catholiques, œcuméniques et non chrétiens l’utilisent dans leur analyse sociale.

– La pertinence continue des mouvements d’ACS. La crise actuelle et le nouveau dynamisme offert par François semblent appeler à un renouveau dans le type même de structure et de spiritualité qu’offrent les mouvements d’ACS, où les laïcs peuvent trouver leur pleine dignité humaine comme apôtres dans l’Église et dans un monde divisé par le péché et l’injustice. C’est un appel pour une théologie renouvelée de l’action laïque et à la nécessité d’une action laïque face aux réalités comme au Salvador ou l’expérience des étudiants sans papiers aux USA. De fait ces mouvements fonctionnent comme des « structures de grâce » dans un monde marqué par le péché.

Philippe Ledouble, secrétaire général du Mouvement international des intellectuels catholiques (MIIC)-Pax Romana

 

2018-09-27T13:01:11+00:00